Leave a comment

Etre parents d’adolescents dans un contexte d’expatriation

Être parents d’adolescents dans un contexte d’expatriation.

Voici le nouveau thème proposé par Groupe de Parole Shanghai. En tant que parent on peut vite se trouver désemparé par le changement de comportement de son enfant devenu adolescent.

Anxiété, incompréhension, frustration, face au comportement de son enfant, ne sont pas des sentiments faciles à gérer d’autant plus lorsque les repères sont bousculés par le contexte de l’expatriation.

Voici un article exposant les premières difficultés parents/enfant durant la période d’adolescence.

C’est le plus souvent à la fin du collège et au début du lycée que survient la crise d’adolescence. Cette période, liée à la recherche de repères chez l’enfant, est propice à l’apparition de comportements brutaux.

Les modifications, tant psychiques que physiologiques qui surviennent à l’adolescence, font naître chez l’enfant des sentiments douloureux. L’accessibilité de l’usage de la violence, fait de celle-ci le moyen privilégié des adolescents pour s’exprimer. D’où provient cette révolte ? Comment gérer les humeurs de son enfant ? Existe-t-il des traitements ou des thérapies ?

Pourquoi l’adolescent se révolte si souvent ?

Lorsqu’un enfant évolue, il est normal qu’il recherche les nouvelles limites de son corps et de son esprit. Connaître les bornes à ne pas dépasser permet aux adolescents de canaliser les effets du processus de différenciation qui s’est mis en place avec l’âge. Lors de l’apparition des premiers signes de la puberté, ces enfants commencent à souffrir de leurs différences avec leurs camarades de classe. L’accès à la violence, facilité par les médias, certains jeux vidéo et certains films, est une voie de secours pour ces enfants.
Ils sont d’ailleurs plus en détresse que réellement désireux de nuire à leur entourage. Très émotifs, les conflits de tous les jours les marquent profondément et ne leur offrent qu’une seule réponse à leur incompréhension : la violence. Qu’elle soit dirigée contre leur corps (anorexie, boulimie, scarification) ou contre les autres (insultes, violence physique ou morale), cette révolte de l’adolescent doit être appréhendée et canalisée.

Gérer ses sautes d’humeurs

La gestion d’un enfant en pleine crise d’adolescence revient logiquement à ses parents. Il leur faut pour cela savoir que souvent un adolescent violent souffre, est incompris et manque de repères. Cette prise de conscience permet aux parents d’adopter l’attitude adéquate vis-à-vis de leur enfant. Il leur est alors conseillé de l’impliquer dans les décisions au sein de la famille. Le responsabiliser et valoriser ses actions sont des points essentiels de la gestion de son comportement. Néanmoins, il ne faut pas se montrer trop tolérant envers ses crises. Poser des règles strictes et précises lui permet d’éprouver l’autorité parentale.
D’ailleurs, si par provocation ou insulte il viendrait mettre en cause ces règles, la meilleure des choses à faire est de ne pas répondre à ses attaques. « La violence entraîne la violence » et il faut à tout prix éviter d’entrer dans cet engrenage. Le fait qu’il arrive à vous faire sortir de vos gonds peut lui donner le sentiment d’avoir un pouvoir sur vous.
En outre, les disputes familiales sont à proscrire : calme et patience sont donc les outils de base.

Interdire l’accès aux multimédias, la solution ?

Pour la télévision, Internet et les jeux vidéo, les positions sont partagées. Certains estiment que ces activités peuvent avoir des effets néfastes sur le comportement de leur adolescent, alors que d’autres estimeront qu’elles sont un loisir. Dans tous les cas, l’univers du multimédia doit être surveillé par les parents. Il existe pour cela des filtres Internet, vendus avec les offres d’abonnement, qui permettent aux parents de sélectionner le ou les sites où leur adolescent ne pourra pas aller, en fonction de son âge. Concernant la télévision ou les jeux vidéo, il convient de  lui expliquer ce qu’il regarde et surtout d’en discuter avec lui. Permettre à l’adolescent de se rendre compte du caractère irréel du jeu vidéo est un pas en avant pour lui permettre de considérer ce divertissement comme un loisir et non comme une source d’exemples à reproduire…

La thérapie, pour aider parents et ados

Dans les cas où la crise d’adolescence de leur enfant deviendrait incontrôlable, il est conseillé aux parents de consulter leur médecin traitant. Ce dernier pourra alors leur recommander un psychiatre ou un thérapeute approprié. Par le biais d’une discussion régulière avec un tiers « neutre », l’adolescent sera plus à même de prendre du recul par rapport à la violence de son comportement. Sachant qu’il est parfois difficile de faire accepter à son enfant qu’il va aller voir un psy, il est recommandé de le faire participer dans le choix de ce spécialiste. Il peut donc y aller une fois, et si cela ne lui convient pas, la prise d’un rendez-vous avec un autre psychologue devra être envisagée. Il faut que l’adolescent soit en confiance avec son interlocuteur pour qu’il ait envie de poursuivre la thérapie.

Au-delà de ces solutions, la prise de renseignements par les parents ou l’enfant auprès des Ecoles des Parents et des Educateurs peut être une aide précieuse. Tous les moyens doivent ainsi être mis en œuvre rapidement pour mettre fin à ces excès avant que d’autres actes plus graves ne voient le jour (délinquance, etc.).

Vincent Lescuyer
(Validé par le Dr Frédéric Amarger)

source: http://www.medicalorama.com/html/sante_adolescents/crise-adolescent

Vous souhaitez participer à cette session: contact groupedeparolesh@yahoo.fr

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Le Regard d'une Assistante Sociale à New York

Paris, Shanghai, New York, regards croisés d'une Assistante Sociale en libéral

%d bloggers like this: