Leave a comment

Rechercher un logement sur Shanghai: la jungle

Nouvel arrivant sur Shanghai, la première étape c’est la recherche d’un logement et cela peut très vite devenir un cauchemar quand cette démarche n’est pas assurée dans le cadre d’un package expat.

Budget limité, méconnaissance du marché locatif? on peut vite tomber dans les pièges, et se retrouver avec un logement sur-payé ou ne correspondant pas à vos attentes.

Voici un article à lire de toute urgence:

En débarquant dans la jungle des grandes villes chinoises, trouver un appartement peut être un véritable parcours du combattant, surtout si l’on ne parle pas chinois. Mieux vaut donc connaître quelques trucs pour savoir comment s’y prendre.

Attention, d’abord: les prix de l’immobilier ont explosé en Chine ces dernières années, particulièrement dans les grandes villes. Dans certains quartiers, ils ne sont donc pas vraiment inférieurs à ceux que l’on peut trouver dans certaines villes de province françaises.

Il faut également savoir qu’en Chine, on paye souvent le loyer par tranches de trois mois, ce à quoi s’ajoute la caution, soit un ou deux mois de loyer. Pour le premier versement, on peut donc être amené à payer d’un coup cinq mois de loyer… Il faut donc le prévoir lorsqu’on prépare son budget.

• Les Agences

Pour trouver son logement, la première solution est bien sûr de passer par une agence immobilière.

On peut trouver beaucoup de petites agences ayant pignon sur rue en se promenant dans le quartier qui nous intéresse. Mais toutes ne sont pas dignes de confiance, et il n’est pas rare que certaines refusent de rendre la caution à la fin du contrat, quitte à se volatiliser dans la nature… Les forums chinois regorgent de témoignages de locataires escroqués par des agents peu scrupuleux.

Mieux vaut donc préférer aux petites agences celles qui sont connues et qui ont une présence massive dans les grandes villes, comme 我爱我家 (wǒ ài wǒ jiā) ou 链家 (liàn jiā). A noter que peu de personnes, au sein de ces agences, parlent anglais.

Il existe aussi des agences plus “internationales”, dont le service est adapté aux expatriés. C’est le cas de Good View Property, à Pékin. Dans cette agence hongkongaise dont 80% des clients sont des étrangers, on parle sept langues, dont le français.

Pratique, d’autant que les frais d’agences sont à la charge du propriétaire, et que l’agence propose de servir d’intermédiaire entre le locataire et le propriétaire tout au long de la location.

• Petites annonces et bouche-à-oreille

Mais il est également possible d’éviter les agences. Plusieurs sites proposent aux locataires et aux propriétaires de se mettre en relation via des petites annonces.

Pour les sites en anglais, à Pékin, on signalera l’incontournable The Beijinger, et à Shanghai, le site Shanghai Expat. Tous deux proposent de classer les annonces par quartier, par prix, par surface etc.

Cependant, ces sites trop sont souvent utilisés comme outil de rabattage par de petites agences immobilières chinoises qui proposent des appartements en se faisant passer pour des particuliers.

Mais ces sites sont très utilisés pour créer de nouvelles collocations ou trouver des remplaçants à des colocataires rentrés au pays. Intéressant pour ceux qui veulent éviter de faire toutes les démarches et d’entendre parler de contrat ou de caution, tout en s’assurant un peu de compagnie!

Et, pour les sinophones, les sites 58.com et ganji.com proposent aussi des petites annonces.

Il reste enfin la solution du bouche-à-oreille, qui peut se révéler très efficace. En effet, la plupart des expatriés ne restent pas éternellement en Chine, et les bons plans se transmettent par connaissances. Mais pour ce type d’arrangement, pas beaucoup de conseils à donner, il faudra mettre en œuvre vos “guanxi”, les sacrosaintes relations si importantes en Chine …

• Les demandes impossibles des propriétaires

Dans certains quartiers, en raison de l’afflux de nouveaux habitants, le marché immobilier est totalement déséquilibré à la faveur des propriétaires, qui peuvent se permettre des exigences impossibles, en raison du grand nombre de demandes.

Il n’est donc pas rare de voir des propriétaires demander de payer un an de loyer à l’avance. “J’ai vu des gens poser des conditions absolument invraisemblables, peste Agathe. Après avoir quitté son ancien logement en raison d’une forte augmentation de loyer décidée soudainement par son propriétaire, la jeune femme a passé un mois à faire des visites. “Il y en a une qui me demandait carrément de m’engager à rester six ans… C’est désespérant!

Heureusement, tout n’est pas perdu pour les “laowai”, car beaucoup de propriétaires aiment avoir à faire à eux. Certains expliquent même directement dans leurs annonces qu’ils ne louent pas aux Chinois.

Effectivement beaucoup de propriétaires sont plutôt à l’affût d’étrangers car ils pensent que les laowai respectent plus l’appartement, et sont plus propres, explique Gaspard Marnot-Houdayer, de l’agence Good View Property. Ils se disent par exemple qu’un étranger ne va pas faire de friture dans la cuisine. C’est un détail, mais pour eux, ça change tout!”

http://chine.aujourdhuilemonde.com/comment-trouver-un-appartement-en-chine

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Le Regard d'une Assistante Sociale à New York

Paris, Shanghai, New York, regards croisés d'une Assistante Sociale en libéral

%d bloggers like this: