Leave a comment

Clap de fin

Vous êtes plus de 6000,  venus de 34 pays, à avoir navigué ponctuellement ou plus régulièrement sur ce blog. Un grand merci à vous tous.

Désormais vous pourrez retrouver tous les posts ici  sur le blog du magazine  En Français Dans le Texte  qui prend le relais pour vous informer des problématique liées à l’expatriation.

Bon voyage.

Sans titre

1 Comment

fil d’entretien

De ces paroles éparses recueillies tout le long de ma pratique, j’ai voulu en créer des billets, afin de les mettre en lumière tant elles portent et transmettent des émotions, des vécus qui parlent à tous.

Voici le fil d’entretien que vous pourrez retrouver dans le prochain numéro de En Français Dans le Texte :

Ce sentiment diffus, confus, s’annonce doucement, voire sournoisement au tournant d’un soir, d’un lendemain de fête. Le réveil s’accompagnera du même sentiment avec lequel le sommeil est arrivé si tardivement. Voilà sans doute le sentiment, lu entre les espaces, les soupirs, ces silences que nul ne remplis, le plus répandu.

La solitude, plus que l’isolement, guette, à chaque tournant, la communauté expatriée: être tant et si seul. Le bruit et le mouvement peinent à faire oublier qu’être seul loin de “chez-soi” est encore plus dur à vivre. A demi-avoué dans des vies où l’on se doit d’être actif, de résauter, ou mieux encore d’être indisponible, l’hyper-activité est souvent confondu avec la relation sociale. De là-bas, restent les amis, la famille avec lesquels les derniers souvenirs ressassés se fanent et se figent, d’ici, ne se créer bien souvent que des rencontres passagères et vite oubliées.

Être expatrié: cela résonne telle une promesse de vie remplie, de découverte, de privilèges aux yeux des autres, mais cela laisse aussi et pour certains uniquement un goût de vide, d’irréalité dans lequel les problèmes sociaux sont bien réels eux. Car cette vie d’expatrié de transforme au fil des années en vie d’exilé aux couleurs vives et chatoyantes mais au sourire forcé.

Tels sont les mots de la solitude d’expatrié.

C.B.

1 Comment

Nouveau blog pour EFDLT

Pour son 8eme numéro En Français Dans le Texte refait son blog enfrançaisdansletextemag

Vous y retrouvez les problématiques sociales traitées, tous les portraits ainsi que les contributeurs.

blog

Et comme d’habitude retrouvez tous les numéro de En Français Dans le Texte sur ISSUU

1 Comment

Livre: outil contre la pauvreté

#books4changeSi l’idée n’est pas nouvelle voici une initiative qui la concrétise.

ATD Quart Monde accompagne son programme Adopt a Street Library de “books4change Photo Campaign”. Le concept est simple, se prendre en photo, avec son livre préféré (il faut faire un choix).

Cela forme une belle mosaïque de livres à lire, relire pour soi, pour les autres, pour les enfants.

La lecture n’est-elle pas un formidable vecteur d’ouverture? Premier pas vers l’éducation, arme massive contre la pauvreté.

Et voilà ma contribution

Screenshot_2016-02-24-10-41-53-1

Read by my mum and now I’m reading it to my son. Love it.

A vous de jouer! C’est par ici bit.ly/books4change

Pour en savoir plus bit.ly/streetlibrary

 

1 Comment

La carte de presse de Regard d’une Assistante Sociale est arrivée

press card 29-Jan-2016 15-59-45Après 5 années à tenir le blog  Le regard d’une Assistante Sociale et 6 numéros publiés de En Français Dans le Texte, me voici en possession d’une carte de presse.

Voilà de quoi aller plus facilement sur le terrain et avoir un aperçu privilégié des événements.

1 Comment

Le bénévolat et l’expatriation

couv mag janvCe moi-ci lumière, sur le bénévolat en expatriation pour la première édition de l’année de En Français Dans le Texte.

Retrouvez trois portraits de bénévoles et volontaires rencontrés à New York.

https://issuu.com/enfrancaisdansletexte

 

 

Leave a comment

Le blues des fêtes de fin d’années

christmass bliesLa période de fête de fin d’année arrive avec sa cohorte de joie, de retrouvailles et de cadeaux. Mais, voilà ce scénario idyllique ne sera pour tous. Certains seront seuls pour diverses raisons et ressentiront leur isolement encore plus fortement durant cette période notamment en expatriation.

Ainsi n’oublions pas qu’en cette période les fragilités s’exacerbent au contact de l’excitation des fêtes de fin d’année.

Voici un article de l’Agence Science.Press expliquant les mécanismes sous-jacents à ce “blues” qui peut aussi être plus profond.

Pour les inconditionnels du réveillon, les férus de lumières musicales et autres adorateurs du plum-pudding, entendre un « Moi, je déteste Noël » bien senti a de quoi donner froid dans le dos. Mais pourquoi certaines personnes ont tellement de mal avec la période des fêtes?

Les psychologues et psychiatres sont unanimes : le début d’année est le moment le plus occupé pour eux. Soucis familiaux, finances en déroute… Noël et le Jour de l’An cumulent les facteurs qui peuvent entraîner une baisse de moral, pour peu que l’on y soit déjà sensible. Pendant les fêtes de fin d’année, il y aurait plus de dépression, essentiellement des rechutes, et il faut souligner que de manière générale, l’hiver est une période propice à broyer du noir, car la baisse de luminosité est responsable d’un phénomène bien connu : la dépression saisonnière. Mais parfois, le malaise est plus profond.

Aucune autre fête ne traîne avec elle autant de clichés : c’est l’époque de la reconstitution du clan, avec tout ce que cela comporte de profondément identitaire. Noël peut mettre à jour le pire des dysfonctions familiales, mais si voir sa famille peut parfois être source de tension, passer Noël seul est souvent bien plus difficile.

Pendant la période des fêtes, les gens ont tendance à perdre leurs habitudes de vie; on mange mal, on boit beaucoup, on dort souvent peu. Ces facteurs diminuent la résistance de l’organisme au stress. Johanne Renaud, psychiatre clinicienne à l’Hôpital Douglas explique que pour éviter de s’enliser, les meilleurs trucs sont les plus simples : « Ne pas s’isoler, éviter les abus, prendre l’air, et… ne pas mettre la barre de ses attentes trop hautes pour éviter les grandes déceptions ».

http://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2009/12/24/quand-blues-noel-nous-frappe

Le Regard d'une Assistante Sociale à New York

Paris, Shanghai, New York, regards croisés d'une Assistante Sociale en libéral